Les petits suisses en Normandie

Bienvenue en Normandie

Ca y’est, on est arrivés !
Le trajet a été long, 660 kilomètres dans notre vieux Cube Nissan, c’est pas de tout repos. La maison que nous louons pour quelques temps est très sympa, au calme, agrémentée d’un joli jardin et d’une petite terrasse où il fait bon prendre l’apéro en fin de journée.
Mais on n’est pas là (uniquement) pour l’apéro. A peine arrivés, on reprend les visites là où le Corona-virus nous avait obligé à les laisser.

C’est parti pour Lonlay l’Abbaye dans l’Orne.
On attendait beaucoup de cette maison qui avait l’air super sur photos. Déception sur place: La maison nécessite pas mal de rénovations, pas trop lourdes, mais dans tous les coins. Et surtout la partie gite est bien trop grande. L’exploitation de cette maison demanderait un investissement financier et humain bien trop important. Dommage, surtout pour l’énorme carré de sable qui plaisait bien à Nicole !

On poursuit à Passais, toujours dans l’Orne.
Encore une maison qui nous plaisait bien sur papier. Mais là aussi, la partie gîte est trop grande, 4 pièces, 4 salles de bains, 1 énooooorme séjour superbe, une véranda, 1 bar. Le tout sur 3 niveaux. La partie habitation est moins sympa, et les escaliers sont peu praticables pour notre chien (et pour nous quand on sera vieux!)

La dernière visite de la semaine sera à Coulmer dans l’Orne.
On termine la semaine par une troisième déception. Cette maison avec gîte séparé avait l’air bien cool. Mais en fait il s’agit d’une vieille maison, propriété de personnes âgées, et l’intérieur n’a pas bougé depuis de très nombreuses années. Les pièces sont trop petites, de nombreuses rénovations seraient nécessaires, et difficile de faire abstraction de l’odeur d’urine… Le gîte à part nécessiterait lui aussi beaucoup de boulot pour lequel nous n’avons pas les moyens. 

La semaine prochaine on reprend donc les recherches, on a déjà trouvé quelques annonces sympas, et une visite est déjà agendée.

A suivre…

 

Welcome to the 21th century

Si on m’avait dit, il y a encore 6 mois, qu’un jour j’aurai à nouveau un carnet de chèques, j’aurais bien ri. Aujourd’hui pourtant, j’ai limite une petite larme en recevant mon carnet de chèques. Eh oui, en France, pays qui se dit au top de l’innovation, on utilise encore les chèques…

Il faut avouer que c’est avec une certaine curiosité, pour ne pas dire une légère excitation que je découvre le système bancaire français: entre l’ouverture du compte pour laquelle il faut montrer patte blanche, la carte bancaire pas encore reçue 3 mois après l’ouverture du compte, l’option virements en ligne pas activée, et un conseiller qui répond difficilement, on se prend à aimer passionnément nos banques suisses!

Heureusement, pendant ce temps, notre banque suisse nous a ouvert un compte en Euros, fourni une carte de crédit en Euros, et les virements en France sont faits en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Une compte dans une banque en France est malheureusement tout de même indispensable, ne serait-ce que pour avoir un RIB !  J’ai déjà parlé du RIB ? Le RIB (relevé d’identité bancaire) c’est comme l’IBAN (International Bank Account Number), d’ailleurs les chiffres sont presque les mêmes, mais c’est propre à la France. Et si vous n’avez pas ce putain de RIB, de préférence sur un bout de papier fourni par la banque, impossible de faire certaines opérations comme payer certaines factures ou recevoir de l’argent. Evidemment cela aurait été trop simple d’utiliser l’IBAN comme tout le monde. Tiens, ça me rappelle le SECAM ou le Minitel…

Allez, maintenant on espère recevoir la carte bancaire avant notre déménagement dans une semaine!

 

Bye bye Lausanne

A environ deux semaines du départ, petit tour au bord du lac à Lausanne pour profiter, une dernière fois avant quelques temps, d’un des plus beaux panoramas du monde !

Pendant ce temps, en France le déconfinement avance, la limite des 100 km est supprimée, plus besoin d’attestation pour voyager loin, et ça nous arrange bien ! Juste avant le départ, les frontières devraient s’ouvrir entre nos deux pays, et ça aussi c’est plutôt bon.

Notre contact en Normandie a repris l’organisation des visites de maison et si tout va bien nous devrions déjà en visiter quelques unes lors de notre première semaine sur place. En attendant on piétine sur place, on fait un peu d’ordre, on fait quelques apéros de départ et on règle l’administratif…

…et dans 2 semaines, bye bye la Suisse !

Point de chute temporaire

Pendant que suisses et français vivent confinés et que nous ne savons toujours pas combien de temps cela va durer, nous avons trouvé une maison à louer pour quelques mois. Elle se trouve à une heure de Deauville, et à quelques minutes du village de Camenbert !

Pour autant que les déplacements soient possibles d’ici là, nous avons donc un endroit où atterrir en juin, ce qui nous évitera de nous retrouver SDF une fois les clés de notre maison actuelle remises aux nouveaux propriétaires.

De là-bas nous pourrons reprendre les recherches et les visites, ce qui s’avérera sans doute plus aisé en étant sur place !

Stand-by pour cause de virus

Plusieurs nouvelles visites de maisons en Normandie étaient organisées pour la semaine prochaine, malheureusement le Coronavirus a eu raison de notre virée. Frontières fermées, confinement, etc. Avant quelques semaines il va être impossible de faire le trajet vers notre futur chez nous.

Nos chances de trouver une maison pour le mois de juin se réduisent comme peau de chagrin, et il est de plus en plus évident que nous devrons passer quelques mois en location le temps de reprendre les recherches.

Bon, ça la fout mal, mais on ne va pas trop se plaindre, on pense aux indépendants, aux professionnels de la santé, aux chômeurs techniques et à tous ceux qui se prennent cette crise en pleine face. 

Laissez-nous un (gentil) message